Vous êtes ici :  Accueil >Maison de Naissance >historique

 

              Historique des maisons de naissance

 

 

        1) à l’étranger

            C’est d’abord aux U. S. A que l’idée des Maisons de Naissance se développa dans les années 70, pour arriver 10 ans plus tard en Europe. Les maisons de naissance sont le plus souvent dues à l’initiative des femmes elles-mêmes qui ont voulu améliorer la préparation à l’accouchement puis qui ont souhaité une alternative en matière de naissance.

            Le but des sages-femmes étaient d’encourager les femmes à se rendre compte de leurs propres besoins et désirs. Des femmes et sages-femmes européennes ont cherché conseil auprès des sages-femmes américaines, au NACC (National Association of Childbirth Centers). Ce sont elles qui ont encouragées à créer le NETZWERK en 1993.

            Le Netzwerk est un réseau destiné à promouvoir et coordonner les maisons de naissance en Europe. Hanne Beittel, sociologue, membre fondatrice de la première maison de naissance en Allemagne, nous apprend que ce réseau met en contact les centres et les initiatives en cours. Il facilite la communication entre les différents groupes professionnels et leur apporte son soutien dans leurs négociations avec les institutions et les autorités sanitaires.

            Parallèlement, au Québec, des infirmières obstétricales remplaçaient les sages-femmes, celles-ci exerçant dans la clandestinité. A la demande des associations de femmes, le gouvernement autorise la pratique des sages-femmes dans le cadre de huit projets pilotes de maisons de naissance, de 1990 à 1998.

L’évaluation positive de ces projets a permis la légalisation de la profession de sage-femme et des maisons de naissance.

        2) en France

 1886

Au niveau de la France, l’histoire des maisons de naissance commence en 1986, à Sarlat où une association de parents soutient le travail d’une sage-femme, Mme de Béarn. Suite à l’évolution des réglementations sanitaires et sociales, la D. D. A. S. S. a demandé la fermeture de la Maison de Naissance Parentale Sainte Thérèse.

 1996

Floriane Favre, membre de la Fédération Nationale des Parents Naissance et Libertés, organise la visite de quatre maisons de naissance à Berlin.

 1997

L’association Libre Toit se crée pour soutenir les projets français.

Le NETZWERK vient à Pau pour l’atelier « Comment créer une maison de naissance ? ».

 1998

Dans les dispositions complémentaires au plan de périnatalité du 9 octobre 1998, M. Kouchner, Secrétaire d’Etat à la Santé, envisageait la création de maison de naissance gérées par des sages-femmes : « …Il est naturel et évident que certaines femmes dont la grossesse est sans risque souhaitent accoucher dans des conditions moins médicalisées et plus personnalisées avec la sage-femme qui les a suivies... [Il envisagent donc des lieux] …où des femmes volontaires après évaluation de leurs risques accoucheraient sans autre technicité que celle de la sage-femme.»

            Quelques mois plus tard, le 19 février 1999, les locaux du Ministère de la Santé accueillent, dans le cadre des Etats Généraux de la Santé, un Forum Naissance sur les maisons de naissance. Cécile Bortayre, coordinatrice de projet, remet à M. Kouchner une présentation de la future maison de naissance de Pau, afin d’être retenue projet pilote.

  1999

Un groupe national de travail se réunit et regroupe Naissance et libertés Fédération Nationale des Parents, l’Association Nationale des Sages-Femmes Libérales, L’Organisation Nationale des Syndicats de Sages-Femmes, l’Union des Syndicats de Sages-Femmes. Ce groupe de travail dépose un label Maison de naissance. (voir chapitre B.1)

Le 5 mai 1999, voit la création du réseau des maisons de naissance français, association affiliée au Netzwerk ayant pour présidente d’honneur, Mireille Jospin.

  2001

Juillet 2001, c’est l’inauguration de la maison de naissance de Pau. Nous faisons une démarche volontaire auprès de la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales, pour demander  à être projet expérimental. En janvier 2002 la DDASS signifie que des accouchements ne peuvent avoir lieu sans la création sous 15 jours d’un bloc obstétrical. Il n’y a pas de reconnaissance du statut.

La maison de naissance de Montpellier ouvre  mais ne peut fonctionner faute d’entente avec les pouvoirs publics. Cette maison de naissance et finalement vendue en 2003.

  2003

Juin 2003, à la demande de Monsieur Mattei, Ministre de la santé, une mission périnatale fait vingt propositions pour une politique périnatale, dont celle d’évaluer la mise en place de maisons de naissance. C’est le rapport dit Bréart.

« …4. Evaluer la mise en place de maisons de naissance

Dans le cadre de cette nouvelle politique qui comporte une ouverture à une nouvelle conception de la prise en charge de la grossesse et de l’accouchement à "bas risque", les sages-femmes ont la totale compétence pour prendre en charge de façon autonome, le suivi de la grossesse et de l’accouchement.

Le modèle proposé dans les 30 dernières années, mettant en avant l’utilisation de techniques de plus en plus sophistiquées comme un indispensable recours à la surveillance médicale, a montré ses limites. Lorsqu’elle n’est pas nécessaire, une utilisation trop importante de cette technique peut entraîner des actes inutiles voire iatrogènes.

C’est pourquoi il est proposé la possibilité d’ouvrir, des maisons de naissance sous la responsabilité pleine et entière de sages-femmes. Cette "évolution" ne peut se faire en un temps du fait de l’absence de connaissance des résultats périnataux d’une telle prise en charge dans le contexte socio-économique, démographique actuel. Il est donc nécessaire de passer par une phase d’évaluation, ce qui implique non pas de limiter le nombre de Maisons de Naissance à créer, mais au contraire de s’assurer d’un nombre suffisant de ces centres, afin que cette évaluation ait une puissance statistique suffisante pour pouvoir conclure sur leur efficience.

Ceci impose de laisser la possibilité à plusieurs projets d’aboutir, à condition que ces Maisons de Naissance soient attenantes à des plateaux techniques publics ou privés, et que soient signées des conventions assurant la possibilité de recours à un plateau technique en cas de nécessité, ceci implique l’adhésion aux protocoles qui seront mis en place.

Pour que cette ouverture à des modes de prise en charge adaptés spécifiquement aux grossesses normales, ait toute son efficacité, il est souhaitable que soit réalisé au sein de chaque région, un recensement de toutes les structures où serait possible, un tel type de prise en charge. Ce recensement serait réalisé au sein des Commissions Régionales de la Naissance. Une évaluation nationale sera nécessaire et pourrait être réalisée en lien avec la Commission Nationale de la Naissance. … »

 

Vous êtes ici :  Accueil >Maison de Naissance >historique

haut de page